SCM2009, le récit de Hyon

(Galerie Photos visible en bas de page)

Students Challenge 2009

Lundi 29 décembre 2008
Panne d’essence sur l’autoroute, à 60 bornes de Marrakech, 21H32 heure marocaine, petit bidon nous a sauvé, station essence à 500 mètres !
Cet après-midi, nous avons aussi découvert la mal-fixation du siège conducteur et l’avons donc démonté pour le refixer
hier, c’était le ventilateur qui ne se mettait plus en marche : merci le petit fil de marche forcée!
Avant hier, c’était le démarreur (merci jmi, les 3 écrous et 2 rondelles!)
Sinon, ça va, vive l’aventure !
Nous avons donc fait un Paris-Toulouse sans problème, un Toulouse-presque Madrid long, très long (arrivée à l’auberge à 3H30 du matin, nous sommes assez lentes dans les côtes avec notre chère Biboundé), un Madrid-Algéciras tout aussi long (dodo dans Biboundé, épique, sur le parking devant le port !)
Arrivée au rendez-vous de Marrakech vers 23H00, trop tard pour le resto…Total, saucisse-lentilles sur le réchaud des copains d’à côté (François et Jonathan de l’équipage 212, rencontrés sur une aire d’autoroute lors d’une choucroute pour nous, d’un ptit dej’ pour eux) et installation-dodo dans le champ, après nous être délestées des 35kg de kit nutritionnel
Nous avons prêté notre deuxième tente à côté car ils ont perdu la leur, faut dire le rangement de leur voiture est un peu particulier…

Mardi 30 décembre
P’tit dej’ dans le resto qu’on n’a pas vu la veille.
Premier briefing, premier road-book, première modification de road-book
Resserrage du silent-bloc : et une photo d’Emilie sous la voiture !
Première liaison : route de montagne, Biboundé est complètement larguée dans les côtes
Total : arrivée au départ de la première spéciale-qui ne compte pas dans le classement-à 15H59 pour un dernier départ autorisé à 16H00 !!!
Ca fait du bien de changer de route, 3 jours d’autoroute ça suffit [cf film délire de copilotage !]
Biboundé n’aime pas les virages à gauche : ses gros pneux frotte-frottent sur l’aile
On a fait une belle photo des voitures Vrally et de leur masquotte (on a failli perdre notre Marlie, oubliée posée sur le capot!)
Après un gobage de pot de maïs à midi on a pu repartir pour la spéciale
La spéciale : découverte du road-book : très difficile!, on s’est perdu, on est arrivé de nuit au village de Foum-zguid, toujours suivre le road-book jusqu’au bivouac ! Fameuse sortie de piste à 270° après le tas de cailloux vers la colline ensablée : de nuit c’est pas simple ! Résultat on a quitté la piste à l’arrache : premier ensablement, entraide avec un equipage de marocains en Logan (Hyon habituée au frein de Bibou a été surprise de se prendre le volant de la Logan en pleine face après effleurement de la pédale de frein)
Finalement, le 4X4 de l’orga nous a rejoint pour nous donner la technique pour rejoindre le bivouac : c’est partie pour une traversée de folie, tout droit à fond en seconde dans le sable, direction le gyrophare du bivouac : vive Emilie la pilote !
Dîner dans la grande tente du bivouac : plat marocain, soupe délicieuse
A peine garée sur le bivouac, Bibou est entourée des Vrallystes pour un premier chek-up : vérification du ventilo, purge du circuit de refroidissement, réglage de l’allumage, on a viré le calorstat (ahah on sait ce que c’est maintenant!), redressement de l’aile du côté qui frotte-frotte : rien que ca !
Dodo dans le bivouac, dans la tente, un peu frisquet le coin…

Mercredi 31 décembre 2008
Au réveil, surprise : on voit la fameuse colline ensablée ! Nous sommes au milieu de nulle-part, dans le désert
p’tit dej’, dans la grande tente (vive les crèpes marocaines : 2 fois plus grasses, 2 fois plus épaisses : que du bonheur !)
Départ pour la première vraie spéciale : le road-book disait « partir à l’est », on a foncé tout droit vers l’est, mais on a zappé le « suivre la piste »: bon ben retour à la case départ car complètement perdues ! On s’est paumé sur tout le road-book, on a tourné 2 heures sur un plat plein de pistes dans tous les sens, jamais trouvé la piste qui partait à gauche de la montagne « en forme de gâteau »
Ensablage sur ensablement, poussage sur pousserie : point positif : grâce à l’entraide, découverte des équipages 104 et 204 de vrally, et des Denvers ; bonne ambiance, vive la solidarité
Charles, un sacré numéro! ( on n’oubliera pas le déjeuner saumon-saucisson au milieu du désert !)
Autre grand-moment : passage d’un banc de sable impressionnant, façon Dakar : gerbe de sable dans le virage et chasse-cul merveilleusement contrôlé (dommage, l’orga n’était pas là pour admirer le spectacle !)
Une bosse de trop et crak ! S’en est fini de notre planche, elle a chu et les caisses qu’elle portait avec
Fin de journée : on se retrouve perdu à 8 équipages au milieu du désert : hors-pistes, couché de soleil, terrain chahuté : vive 4X4 Bibou
On se demande où on va passer le nouvel an : listing du contenu des coffres : champagne, saumon, confit de canard, foie gras, costard : on se rassure comme on peut !
La décision est prise : on ne se quitte plus coûte que coûte, et on essaie de rejoindre le bivouac. Direction le nord tout droit en hors piste, on finit par retrouver ce qui ressemble à une piste principale : un 4X4 de l’orga prend la tête du convoi direction le bivouac : arrivée à 23H, c’était chaud pour le nouvel an
Notre planche finit brûlée dans le feu de camp
Dîner : méchoui, soirée dansante vite écourtée par un problème de sono, tentative de remplacement par l’entrée de la 4L de Bendix dans la grande tente. Finalement virés par l’orga, on se retrouve à faire boîte de nuit à côté de la 4l, au milieu du désert, armés de nos lampes frontales, musique inégalable (à la queue leu leu et autres…)
A notre arrivée, on apprend que les filles et Pipangaï ne prendront pas le départ de l’étape marathon : démarreur explosé, dynamo HS et batterie foutue
Cette soirée fut l’occasion d’une « douche » : un seau d’eau froide pour les 4 cigognes, pire qu’au Togo!

Jeudi 1er janvier 2009
On quitte le bivouac de Foum-Zguid : spéciale très spéciale : nous ne nous sommes pas perdues !
Récompense : arrivée au pied des dunes avant le coucher du soleil, déjeuner apéro et diner tranquille au réchaud
gratin dauphinois au déjeuner
Apéro avec Sylvain et Florian de la 4L blanche « help us! » et dîner magret de canard-purée
Coucher de soleil sur les dunes…
Dodo pas trop tard, après avoir redressé l’aile droite : le plantage dans une herbe à chameau a fait quelques dégâts…

Vendredi 2 janvier 2009
Départ de la spéciale avec les VRallystes, en ayant grugé quelques personnes
Deuxième étape sans gros égarement du road-book notable, mais à notre arrivée, nous voyons Camille, et apprenons qu’il n’y a plus d’essence à Foum-Zguid : après l’étape marathon de 2 jours, nous sommes plusieurs à être proche du réservoir à sec.
Après palabre de deux heures de l’organisation, nous voilà parties en convoi avec les VRallystes, pour économiser nos réserves d’essence en « prenant l’air » de celui de devant
Nous arrivons à Tissint où nous réussissons à nous procurer 10 l d’essence chacun : assez pour rejoindre Bani-moussi et la plantation de palmier : aujourd’hui c’est la green day !
En suivant les VRallystes sur la piste qui roulent comme d’habitude à une vitesse hallucinante, nous avons fait une sortie de route/plantage dans une butte des plus réussi, le tout admiré par l’équipage de Sylvain et Francois : on passera plus tard pour la discrétion.
Aprés s’être perdu, on retrouve le reste des équipages à la plantation, mais tout est terminé et nous repartons pour le village de Bani-moussi : légèrement dégoutées de ne pas participer à un des principaux buts du périple
Sur le lieu du camp, nous nous attaquons aux réparations du jour : ressort du capot, charnière, soufflet de direction réparé à l’aide de deux serflex en plastique et d’un sac plastique : pas envie de casser la crémaillère à cause du sable !et consolidation de la connexion du silencieux à l’échappenment : en effet, diagnostic établi sur la spéciale par bruit soudain de pétarade et plantage dans un banc de sable à cause du freinage de la roue par le silencieux déboîté-réparation de fortune avec de la ficelle. Celle-ci ayant cramé, le soir nous refixons le tout avec du scotch alu et du fil de fer !
Pour le réconfort, dégustation de bière alsacienne offerte par Nicolas et Elodie (4L orange et verte)
Direction le briefing dans la salle à manger (une grande tente) pendant lequel nous apprenons que l’école de sage-femme , nous donc!, a gagné la green-cup ! (denver à gagné l’étape groupama, et remise de dons aux villageois)
Nous entamons le dîner avec une très bonne soupe à la table de Sylvain et Francois, et de l’équipage de la 2CV
Les filles arrivent enfin au moment du couscous grâce au montage de l’alternateur par super Bendix
Le dîner est accompagné TRES fort « agréablement » par un groupe folklorique marocain : l’envie de faire manger le micro du chanteur principal est très palpable, à notre table tout du moins…Mais nous permet de partager un moment de franche rigolade à ce sujet.
Au dessert, défilé de patisseries préparées par les femmes du village. Bonne nuit tout le monde : la fatigue se fait sentir ainsi que le froid
Hyon ne trouve rien de mieux à faire que de décider d’aller se faire peindre les mains au henné à minuit alors qu’il faut que ça sèche pendant 2 heures: résultat, assoupissement devant le feu et une nuit de trois heures

Samedi 3 janvier 2009
Lever 5H00
Départ 6H55, les dernières, avec l’équipage de Jade car nous attendions ses affaires pour les mettre dans notre Biboundé
Au programme, très longue liaison jusqu’à Agadir
N-ième prise de retard à cause cette fois-ci d’une attente de deux heures à l’unique station service du coin (TATA)
très belle route de montagne mais découverte d’une fuite de liquide de frein par le cylindre récepteur de notre roue arrière gauche
Départ de la spéciale à 14h19 in extrémis (dernier départ autorisé à 14H30) : paysage schtroumpfesque : rocher en forme de champignon dans lesquels nous avons tourné un certains temps. Biboundé devient 4X4 Bibou et nous impressionne par ses capacités
Après la spéciale, de nouveaux : route de montagne au frein moteur pour atteindre Agadir, escortées par l’orga. Nouvelle difficulté de lecture de road-book : points de repères : station essence puis à gauche au rond-point.
Environnement : station essence tous les 10 mètres, rond-point tous les 20 mètres : nous sommes perdues !
Objectif : trouver l’hôtel ibis
Moyen : demande d’info aux marocains
1ère info-1er « succès » : nous sommes orientées par un couple d’aveugles!
2eme info: 1 taximan : « c’est facile, c’est tout droit, puis à gauche, puis à droite, puis gauche droite gauche droite et tu tombes dessus tu le vois ! »
Et contre toute attente, nous arrivons à bon port à 21HOO
Diner poulet-frites-légumes-flan à la table des équipages 104-204
Prise de rendez-vous à 6hoo le lendemain avec le mécano pour pincer la durite de frein et couper la fuite
Rencontre de Samir à l’occasion d’une soirée arrosée sur la terrasse de sa chambre, invitées par Jonathan et François. Après une vraie bonne douche pour Hyon : gros dodo = écroulement complet dans lit douillet

Dimanche 4 Janvier 2009
Réveil difficile à 7h55 du matin pour un départ prévu initialement à 8hoo
Course pour retrouver le mécano qui répare la durite en 10 minutes, douche express pour Milie et gobage de ptit dej’ pour les 2, pour un départ en même temps que tout le monde : whahou !
Constat : ça freine un peu mieux mais ça fuit encore plus sur la liaison : hmmhmm, bizarre
Mais ça ne nous arrête pas et prenons le départ de la spéciale : la dernière, sur la côte vers Essaouira : on a croisé des chameaux, Hyon avait du mal au copilotage dans les gauche-droite; nous ne récoltons que 4 points de pénalités : belle clôture du raid !
Spéciale et liaison vers Essaouira avec l’équipage 212 (Francois et Jonathan) Installation dans notre chambre d’hôtel et départ à 6 dans la F6 pour le magasin d’alcool d’Essaouira avec donc Samir et Bertrand, Francois et Jonathan, et nous deux
Soirée : distribution des kits nutritionnels dans le « foyer de femmes » d’Essaouira : difficile de se faire une idée sur l’efficacité de l’action car nous n’avons pas assisté au cours d’éducation nutritionnel et avons assisté à un attroupement devant la porte de gens qui n’avaient pas le droit au kit.
Retour à l’hôtel à 7 dans la F6 (Cyril en plus)
[grosse marrade à cause de la moquette du plafond]
– Apéro
– Douche
– Apéro
– Dîner dans un resto très classe après une interminable remise des prix : menu couscous
Résultats : Camille et Oriane 47eme
Nous 37eme
Remise du trophée de la Green Cup : plaque en plexiglass
Déception au vu des gains des 1ers arrivés dans la course et du prix du fair-play alors que nous pensions que le côté écologique et éthique du raid était le plus important
Très belle tablée : Florent, Arthur, Jonathan, Francois, Bertrand et Samir (et nous deux)
Retour en F6, les mêmes en mode bourré !
Skouattage rapide dans la chambre des Denver, et dodo

Lundi 5 janvier 2009
Petit dej’ avec Jade et Yannick puis au revoir
Départ vers Tanger à 8H19
Retrouvailles à un péage avec les VRallystes partis à 6H00 et Jonathan et Francois partis à 10h
Les filles sont coincées avec Brice et Bendix qui ont cassé leur durite d’essence et leur triangle de direction en crevant sur l’autoroute ; total fin du parcours à 80km/h jusqu’à Tanger
Nous on a rempli 3 fois notre réservoir de liquide de frein
Arrivée stressante au port à 18H30: retard+défit administratif
Gros suspense quant au départ des retardataires (Scoobytrelle, Jungly, les Cigognes 2, Bendix et Tournevis)
Finalement tout le monde est dans le bateau, parti beaucoup plus tard que prévu : heureusement!
Dodo pour les uns, réparation de notre frein pour moi et Nicolas avec l’aide précieuse de Bendix
Derniers moments ensemble
Après moult tergiversations, nous passons la nuit dans la voiture, sur le parking de l’hôtel que nous avons rejoint à 4H00 du mat’, fraiche la nuit
Camille et Oriane se sont offert une chambre, et ont été rejointes clandestinement par Brice et Bendix

Mardi 6 janvier 2009
Levé 9H30, départ 11H après un petit dej’ sur le parking avec les VRallystes reveillés et non déjà partis
Changement de cap : abandon du cap Valence et adoption du cap Madrid
Etape difficile due à la fatigue accumulée
Recherche d’un hôtel sur madrid : au cours de cette recherche, nous rencontrons Talla, qui nous conseille plutôt un hotel au lieu de l’auberge à laquelle nous pensions au départ
Visite dans un immeuble
3eme étage : 40 euros une nuit, chez les Portoricains, trop cher
2eme étage : 30euros une nuit, chez les chinois, trop cher
Finalement dîner – dodo gratuit chez Talla et ses potes : convivial, à la sénégalaise , devant l’emission du Guiness des Recors

Mercredi janvier 2009

Reveil 7H30 – Talla nous offre le café et nous reconduit à la voiture non sans avoir échangé les adresses pour qu’on lui envoie les photos de notre soirée !
Malgré une nuit très confortable, tenir la route se révèle toujours aussi difficile, surtout pour Hyon qui a tenu péniblement 100km du trajet
A noter : la signalisation espagnole est difficile à suivre : disparition d’orientation, changement de destination pour une même route, ils nous indiqueraient « demerde toi » que ca reviendrait quasi à la même chose
Arrivée à la frontière franco-espagnole, hésitation quant à la halte à bordeaux, ou la poursuite jusque Paris
Mais arrivées proche de Bordeaux, l’état des troupes détermine la marche à suivre : plus de doute on n’en peut plus, on profite de l’accueil à bras ouverts des parents d’Oriane
Ce qui nous attend est tout simplement royal : un accueil et une bonne humeur renversants, un petit thé tout chaud (dehors -10°C), visite du site internet du students challenge, une bonne douche chaude, apéro réconfortant, raclette et tarte aux pommes le tout accompagné de crémant et de vin blanc : après 10h de route ca décoiffe !
Dodo vers minuit, la tête qui tourne et le ventre plein!

Jeudi 8 janvier 2009
Réveil à 8H15 par la maman d’Oriane : sur la table le déjeuner est prêt, il n’y a plus qu’à se l’enfiler et partir, mais départ à 11H, après avoir jeté un dernier regard sur les photos du site internet
Nombreuses pérégrinations à la recherche d’une station service puis départ, enfin mauvaise surprise : Emilie se rend compte qu’elle a oublié son portable, et les filles ont finalement décidé de ne pas passer par Bordeaux (problème d’allumage)
Il lui arrivera donc par la poste , inch’allah!!!
Sans encombre, nous sommes arrivées à Avon vers 18h00 : les parents et grands-parents de Hyon sont contents de nous savoir de retour
Hyon reste dîner avec ses parents
Milie rentre sur paris en 4L pour rejoindre sa maman
Les filles ne devraient pas tarder à arriver à bon port elles aussi…

Hyon & Emilie
Students Challenge 2008

Laisser un commentaire