Wok-e-Pédia : le Kazakhstan

Accueil > Blog > Autour Du Monde, pt. 2 > Wok-e-Pédia > Wok-e-Pédia : le Kazakhstan

Et voici le retour des Wok-e-Pédia ! Comme avant, on compile ici les informations sur le pays qu’on vient de visiter…

…monnaie…
Le Kazakhstan utilise le Tenge, se prononce Tehngué. 1€ vaut environ 250тг.
La vie quotidienne n’est pas chère, par exemple la pinte de bière est environ à 150тг, donc 0,60€ !
On peut retirer de l’argent un peu partout dans les distributeurs, attention, il vaut mieux choisir un ATM dans une banque afin de retirer une grosse somme d’un coup, le max qu’on ait fait c’est 100000тг. Les ATM sont souvent fléchés et Bankomat est écrit.
On peut bien sur faire du change euros ou dollars, on trouve facilement des bureaux de change dans les villes…

…la bouffe…
Notre partie préférée ! Ici on mange bien pour pas cher ! Dans une cantine, чаихана, littéralement salon de thé, on mange à 2 pour moins de 2000тг !
Les classiques sont le plov (sorte de riz pilaf), chachlik, mantis (gros ravioli bouilli, un peu comme les buuz mongol), les lagmans…et le tout accompagné de thé !
On n’a pas trop pris de dessert, on comprenait rien à la carte, mais les gens autour de nous ne mangeaient pas de dessert non plus…
On trouve aussi de la street food, comme à
Moscou, avec les samsa par exemple, sorte de gros sambos / samossa mais à pâte feuilletée.
Coté boisson, bien sur le thé, et la boisson favorite des kazakhs : le koumis…le lait de jument fermenté… En Mongolie ça passait pas (appelé airag), au Kazakhstan ça passe toujours pas…

…les visas…
On est parti de France avec le visa kazakhs en poche, simple à avoir. A Almaty on a fait le visa tadjik avec permis GBAO, et le visa ouzbèque.
Pour le premier, pas de souci, demande faite le lundi réception des passeports mercredi matin.
Pour le deuxième, c’est plus long, mais pas plus compliqué : il faut aller jouer des coudes à l’ambassade et le formulaire en main, qui se fait en ligne sur le site de l’ambassade, et on récupère le visa 10 jours plus tard, possibilité d’avoir une procédure d’urgence…
On n’a pas eu le temps de faire le visa iranien, faut compter plus d’une semaine, et le visa turkmène nécessite d’avoir le visa d’Iran…donc on verra après…
Attention, quand on arrive au Kazakhstan, il faut s’enregistrer dans les 5 jours suivants l’entrée…on a fait ça à Atyrau, c’est rapide et gratuit ! On a donné nos passeports, ils ont fait eux même les copies, une interprète à rempli le formulaire, et voilà…on a eu le tampon magique !

…les routes…
Un sujet qui donne des sueurs froides à pas mal de gens qui préparent un voyage au Kazakhstan… On va démystifier tout ça : les routes sont bonnes, voire même excellentes ! En tout cas, on a suivi les grands axes, suivant les conseils des locaux…
En gros, depuis Astrakhan quand on passe la frontière, au début c’est mauvais, mais plus on approche d’Atyrau, mieux c’est ! Ensuite, à part la dernière moitié de la route pour aller à Aktau qui est mauvaise, sur toute notre traversée, la route était bien ! Quelques passages offroad car justement ils réparent la route, idem vers Aktau ! Bref, la route s’améliore vraiment !

…l’automobile…
Sur la route, il faut allumer ses feux de croisement en dehors des villes.
Le litre de gasoil est environ à 110тг
On trouve bien sur de l’essence d’indice 80, 92 et parfois 95 ! Les débats en France sur « faut mettre du 98 dans sa moto » n’ont pas lieux ici…et on a pu voir des motos modernes pourtant et qui roulent bien !
Il y a souvent des check point de police avant ou après les villes, pas de souci, pas de racket, pas de corruption, arrêtez vous, montrez vos papiers et tout se passe bien ! La police est très sympa et intéressée par qui on est, où on va…on a pu lire des conseils sur des sites où l’auteur disait de ne jamais s’arrêter…n’écoutez surtout pas ce mauvais conseil, l’auteur ne sait même pas ce qu’il a raté et affirme avoir économisé au moins 400£…on n’a jamais rien donné !
Il y a partout des centres de services pour pneus, vu que le nid de poule traverse la voie de temps à autre…et on trouve aussi partout des petits garages mécaniques… Pis si vous voulez tout faire vous même, les aires de repos sont équipées en pont pour votre vidange !
Quelle voiture prévoir pour aller dans ce pays ? N’importe laquelle en fait, il faut juste une bonne garde au sol, c’est mieux, et des bons pneus…les locaux eux roulent en vielle lada berline, souvent à l’arrêt, mais jamais en panne ! C’est un véritable musée roulant, on peut retracer l’histoire d’Audi, de Mercedes et VW !

…la communication…
La langue officielle est le kazakh, puis le russe. Peu de gens parlent anglais, mais l’objectif long terme du Kazakhstan est que la population soit trilingue.
Les téléphones français passent partout, via l’itinérance, en tout cas pour nos forfaits free à 2€ !
On trouve facilement le wifi dans les villes, enfin les grandes villes…après, au milieu de la steppe, évidement que c’est pas possible. Pour ceux qui ont besoin impérativement du net, on vend un peu partout des clés 3G et des sims pour smartphones, 3G et 4G.

Voilà une synthèse des éléments qui nous ont été utiles…si vous préparez un voyage, n’hésitez pas à nous contacter !

kz_dp

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :