Mini-wok-e-pedia : le Soudan

Accueil > Blog > Autour du Monde, pt. 3 > mini-Wok-e-Pédia > Mini-wok-e-pedia : le Soudan

Aller, on prend son courage à deux mains et on prend le risque d’aller au Soudan ! On oublie nos à priori, car après tout le seul risque qu’on prend c’est de découvrir un pays vraiment accueillant et sympathique…
Les voyageurs que j’ai rencontrés au Soudan m’ont surnommé Le Fixer, ou celui qui aide dans les démarches administratives. En effet, j’étais là depuis quelques jours donc j’ai pu avoir quelques tuyaux et donc j’en faisais profiter les autres ! Maintenant je mets ça à l’écrit pour la terre entière ! Mais oui, car notre blog est lu par la terre entière !!!!!

Monnaie

L’argent, toujours l’argent… Bah oui mais bon, c’est malheureusement indispensable ! Et au Soudan, ça peut vite devenir un problème…
La monnaie s’appelle la livre soudanaise, ou sudanese pound en anglais. On l’abrège en SDG.
Officiellement 1 USD = 6,4 SGD. Je parle en dollars car j’ai changé que des dollars sur place, je n’ai pas utilisé ma carte pour retirer donc j’ai pas eu de notions en euros (et je ne sais pas ce que vaut l’Euro face au dollar en ce moment).
Je n’ai pas retiré avec ma carte car tout simplement, les ATM / DAB ne fonctionnent pas avec une carte étrangère ! Que ça soit Visa, MasterCard ou American Express ou tout ce qui n’est pas soudanais, ça ne marche pas ! Donc, quand on rentre dans le pays, faut penser à avoir du cash sur soit, et suffisamment pour prévoir des trucs imprévus, genre…envoyer sa moto en avion quelque part…(ça vous évitera de devoir revendre votre essence à 1,5 USD pour manger 2 jours par exemple…).

Une petite astuce, il paraitrait qu’au marché noir, le cours du dollar est bien plus intéressant. Évidemment, je n’en sais rien hein, car c’est illégal, on fait pas ça et je ne vous y encourage pas. Mais j’ai entendu dire que 1 USD vaut 11,5 SDG, presque le double par rapport au marché officiel ! Bien sûr, ça dépend sur qui on tombe, la valeur peut un peu changer (à la baisse…), il vous faudra trouver le bon changeur, celui qui prend que très peu de commission, car 11,5 c’est le taux officiel du marché noir.
Attention hein, c’est illégal le marché noir, c’est mal, il faut pas le faire. Si toutefois vous voulez prendre le risque, peut-être que, par hasard bien sûr, je connais une personne qui pourrait éventuellement vous faire le change…

Visa

J’ai déjà parlé du visa, si vous avez bien suivi le blog…et oui…on les voit les assidus et les alzheimer là hein…
Bon je recommence histoire de tout compiler les infos à un endroit pour le Soudan.
Venant du sud par la route, le meilleur endroit pour faire votre visa est au Kénya. Il est possible de le faire après, en Éthiopie, mais on ne vous délivrera qu’un visa de transit de 15 jours qui vous oblige à avoir votre visa suivant déjà, et en plus il est plus cher ! Ne croyez pas les forums internet qui vous disent « non c’est impossible d’avoir un visa soudanais en Éthiopie » car en fait, comme on vient de le dire, si on peut, mais c’est un transit. Kenny, le motard belge qui était avec moi était dans ce cas, et donc ne pouvait attendre un éventuel visa Arabie…moi j’ai attendu 3 semaines pour un refus…
Bref, au Kénya, allez à votre ambassade et demander une lettre d’introduction (letter of introduction, en anglais, en fait, l’anglais c’est pas dur vous avez vu ?). L’ambassade de France à Nairobi connait la procédure maintenant… C’est une lettre où on dit que Jmi, passeport numéro xxx (censuré) veut aller au Soudan pour faire du tourisme avec Lasty, immatriculée en France sous le numéro yyy (censuré aussi, même si ça, on le voit sur les photos du site).
Pas la peine de préciser que Lasty est sympa et ne mord pas, ça, ils s’en foutent. Par contre, vous pouvez faire photocopier votre passeport, votre carnet de passage et tout ce que vous parait officiel (ça exclu donc votre mouchoir…) pour faire un joli dossier pour l’ambassade du Soudan. Au passage, vous ferez connaissance avec Mr le Consul de France à Nairobi, qui subtilement vous demandera si après le Soudan vous vous rendrez en Syrie faire le Jihad (et hop, en plaçant ce mot, je gagne des places dans le référencement Google, et on passe sous surveillance du FBI). Toutefois, c’est aussi rassurant de voir qu’on essaye de suivre les français hors de France.
Autre détail super important : sur votre lettre d’introduction, faut bien dire que vous allez au Soudan pour faire du tourisme ! Ça vous évitera des aller-retours entre les ambassades ! Et votre photocopie du carnet de passage, c’est la couverture qu’ils veulent, pas l’intérieur, contrairement à ce que des forumeurs prétendent, ça vous évitera encore des aller-retours…
Avec tout ça, vous êtes bon, payer 5000 KSH et revenez le lendemain (sauf si vous êtes américain c’est bien plus cher et ça prend une semaine… Je le précise car, comme on est lu par la terre entière, vu plus haut, y’a donc forcément des américains…oué, c’est ça avoir un blog trop influent dans la blogosphère de nos jours…)
Dis donc, j’ai fait un pavé sur les visas… Mais c’est pas fini !
Une fois au Soudan, il faut s’enregistrer ! Lisez bien la suite, je vais vous économiser un Fixer (et ça m’a valu mon surnom et quelques repas…).
On peut s’enregistrer à la frontière, Metema. Il faut 350 SDG (oui c’est le prix que vous avez déjà payé pour votre visa…). Si vous ne le faites pas là, il vous faut le faire dans les 3 jours à Khartoum. Faites le à l’aéroport, pas en ville au service immigration. À l’aéroport ça prend 5 min, y’a pas la queue…et si vous séjournez à l’auberge de jeunesse de Khartoum c’est à quelques minutes à pied (oui, à Khartoum, on a collé l’aéroport en plein milieu de la ville…).
Mais ce n’est pas fini ! Si vous voulez bouger au Soudan, il vous faut le travel permit qui comprend aussi le permis de faire des photos.
Pour ça, allez au ministère du Tourisme, faites un formulaire, donnez une photo et c’est bon ! Sinon, des agences de voyages pourront vous le faire aussi mais il faudra leur donner un peu d’argent.
Bon, la partie sur le travel permit il semblerait que ça serve de moins en moins. J’ai rencontré des gens venant du nord qui ne l’avait pas et pas de souci. En fait, si vous longez le Nil pas besoin de permis, si vous voulez prendre une autre route c’est mieux. Mais même sur d’autres routes j’ai donné mon passeport et ça suffisait.
Ah oui faites plein de copies de votre passeport, les checkpoints ils aiment bien ça !
Et voilà ! C’est fini pour la partie visa ! Ça a l’air compliqué mais en fait non !

Circulation

Vu le nombre de véhicules sur les routes, la circulation ne pose aucun problème. Déjà parce que c’est un pays où on roule du bon côté, et surtout on se sent seul en route. Et c’est pire en piste…
Bon quelques dangers quand même : les nids de poules ! Alors que vous roulez super vite sur ce magnifique goudron (75km/h voire 80 !), d’un coup, un nid de poule ! On connaissait les poules pour leur envie de traverser à votre passage, bah leur nid c’est pareil. Ça prévient pas, et hop ça se glisse sous vos roues, et là, vaut mieux avoir des bons pneus…
Autres dangers : les bus, les gros bus. C’est vraiment le pire danger. Autant le nid de poule on peut l’écraser, là, face au bus, c’est lui qui vous écrase. Il doit lui aussi avoir un prédateur plus gros, mais je l’ai pas vu. Les bus ont tendances à vous doubler à fond, bon, ça ça va. Mais si y’a un truc en face il vous éjectera dans le bas côté (et là faut vraiment pas avoir peur de se jeter à 70km/h dans le bas côté en espérant que ça passe sans chuter). Pire, si le bus arrive face à vous, il fera des appels de phares pour vous dire qu’il a beau être de votre côté, il ne se bougera pas, à vous de dégager. Je commence à comprendre pourquoi les gens sont si croyants là-bas, ils ne s’en remettent qu’à ça : inch’allah,  si Dieu le veut…

Pour la partie administrative, il vous faut le carnet de passage, et j’avais une assurance (la Comesa, qui marchent pour presque tous les pays d’Afrique, partie est) mais aux checkpoints, jamais on n’a contrôlé mes papiers motos.

Dodo

C’est pour ça qu’on aime le Soudan : en dehors de Khartoum, bivouac sauvage partout ! Les locaux viendront voir si vous allez bien, si vous voulez de l’eau mais ne vous chasseront pas ou ne vous importuneront pas. La liberté, la vraie. Et non c’est pas dangereux de dormir dehors sous sa tente.
À Khartoum, je vous recommande l’auberge de jeunesse. Bon, c’est pas super propre, y’a pas toujours (en fait, jamais) d’eau chaude, l’électricité saute régulièrement et y’a des jours où y’a même pas d’eau. Mais bon, c’est pas cher, on peut planter sa tente, c’est bien placé… Et du coup les autres voyageurs passent aussi par là (enfin ceux qui aiment l’aventure et/ou qui ont pas de sous, parce que ceux de Long Way Down ont choisi l’hôtel 5* eux…)

La com

Au Soudan, on parle arabe. Et pas énormément l’anglais. Et encore, si vous parlez l’arabe du Maghreb, on ne vous comprendra pas. Moi j’ai pas ce problème, je parle aucun arabe. Mais bon, la langue n’est jamais vraiment une barrière, on y arrive. C’est même souvent très drôle du coup.

Côté télécommunication, on ne change rien : acheter une sim 3G est aussi simple que d’acheter du poulet frit, ça prend 5 minutes. Ça passe aussi très bien et partout, même dans des zones reculées.
Par exemple, vous êtes sur votre dune près des pyramides, bah vous pouvez toujours vous connecter sur facebook pour faire un checkin car c’est hyper important, que dis-je, c’est fondamental, que le monde entier sache que vous êtes aux pyramides de Méroé au Soudan. Pensez à joindre une photo (c’est mieux si elle est faite avec un iPhone et en vue de haut, mais là, pour les pyramides c’est dur…et faut appliquer un filtre aussi), un texte bien senti presque philosophique et des mots avec des dièses (#) devant.

Les activités

Culturellement, y’a foule de choses à faire et à voir. Sauf que durant 3 semaines, j’ai été coincé à attendre ce foutu visa en vain.
À Khartoum, le musée national est vraiment bien. Pour 2 SDG (et là on compare avec le prix du Louvres à Paris…), on a de quoi y rester là demi-journée (on a tendance à rester hyper longtemps dans les musées avec Hyon…) et de découvrir des pièces magnifiques et bien conservées. Sarcophages, sculptures égyptiennes, on a même déplacé des pans entiers d’églises et des temples entiers dans le musée !
On en apprend plus sur l’histoire du Soudan et son appartenance au monde des pharaons…
Et parsemés dans tout le pays, on peut aller visiter énormément de sites archéologiques égyptiens, grecs et romains ! Il y a très peu de tourisme au Soudan, ces sites sont surtout des sites archéologiques où ont lieu des fouilles. Le climat aide à la conservation et donc les artéfacts sont comme neufs !

La bouffe

Il fallait bien un point négatif… La bouffe.
Non pas que ça soit pas bon, mais…j’en ai marre de manger du poulet tout le temps. De la viande, il me faut de la viande rouge ! Voire même, du porc ! Mon côté auvergnat reprend le dessus…
Il est dur de trouver de la viande rouge (merci Morad et Safya pour la viande de zébus…) et donc principalement c’est poulet : frit, en sauce, pané, cuisses, ailes, blancs… C’est bon le poulet mais je bouffe que ça depuis des mois !
Du coup j’ai cherché des kebabs, mais ils sont au poulet, mais faut dire shawerma car kebab veut juste dire brochette. De toute façon mon budget était trop limité pour que je mange autre chose…mais sachez le, au Soudan soyez prêt à bouffer du poulet…comme dans toute l’Afrique d’ailleurs…

Craignant ce pays au début de mon voyage, j’ai en fait été agréablement surpris. Une population chaleureuse et accueillante, une histoire qui remonte aux origines de l’Homme…le Soudan n’est pas du tout ce qu’on croit.
Mais d’un autre côté, tant mieux que le tourisme de masse n’ait pas débarqué là-bas, ça garde encore l’authenticité des relations. Et du coup, ne croyez pas un mot de ce que j’ai dit dans cette article, n’allez surtout pas là-bas…

Flag_of_Sudan.svg

8 thoughts on “Mini-wok-e-pedia : le Soudan

  1. Cette fois-ci , c’est bien fini cette aventure africaine !!! Mais bon , tu as vécu beaucoup de choses que nous n ‘aurons jamais l’occasion de vivre . Maintenant , ce sera d’autres aventures d’une autre dimension .

    Ignorance de vieux : qu’est-ce que SEO veut dire ?

    1. SEO = search engine optimization
      Ou comment travailler son site et son conte pour que Google aime bien 🙂

      1. Oh , oh : plutôt  » COMPTE  » non ? Merci pour l’explication . Je me coucherai moins bête ce soir .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :