En quittant l’Afrique du Sud…

Accueil > Blog > Autour du Monde, pt. 3 > Voyage > En quittant l’Afrique du Sud…

Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin…les choses moins bonnes aussi d’ailleurs !

Après 3 semaines passées à sillonner le pays, à chercher ma route vers le nord pour rejoindre Lausanne, la fin approche…

Je descends du Lesotho en direction de Jo’burg.
En route, je suis obligé de vérifier plusieurs fois sur mon GPS car je crois que je me suis perdu, ou alors j’ai plusieurs mois d’avance, car le panneau de direction m’indique une localité proche qui ne devrait pas l’être…

image

Mon GPS confirme, c’est bien par là…

Je n’aime pas trop les villes, je fais donc le choix de ne pas visiter Jo’burg, mais des éléments proches et pour moi, plus importants…

Vredefort dôme

Le plus gros et le plus ancien impact de météorite sur notre planète.
Ne vous attendez pas à voir un gros trou dans le sol, comme on avait pu le présenter lors de notre voyage en Estonie, car ici l’impact fait plusieurs centaines de km de diamètre ! Donc en fait, on est dans le trou…on perçoit des montagnes au loin, tout autour, mais rien qui nous dit qu’on est dans un cratère.
Mais, à l’épicentre du cratère, il y a un dôme qui a été formé par l’impact. Un site UNESCO, fermé en ce moment car un tremblement de terre l’an dernier a rendu le lieu dangereux, se trouve sur le dôme pour en expliquer son origine.
Le gardien, me voyant arriver sur une moto immatriculée en France me fait entrer et m’offre une petite visite.

image

En fait, ici, toutes les roches sont précieuses ! Formées par la compression de l’impact de la météorite, on retrouve du marbre blanc, rose, de l’or…avant que l’UNESCO ne protège le site, il a durant longtemps été pillé.

image

On a du mal à imaginer qu’on marche sur du marbre, mais des fractures dans la roche nous le rappellent…
En espérant que l’UNESCO réhabilite le site qui est à l’abandon depuis un an maintenant…

La route continue et se rapproche de Jo’burg… Mais avant, une petite halte au…

Le berceau de l’humanité

image

L’Afrique, et particulièrement l’Afrique du Sud, est considérée comme le berceau de l’humanité.
L’UNESCO a choisi un site près de Jo’burg pour y installer le Berceau de l’humanité.
Près des grottes de Sterkfontein, à Maropeng, un musée est consacré à l’évolution de l’humanité. Passé, présent et avenir.

On peut descendre dans les grottes. Elles sont moins impressionnantes que les Cango Caves, mais elles ont surtout un intérêt historique : c’est ici qu’on a découvert le squelette quasi intégral de Mrs Ple ! Il s’agit très probablement d’une de nos ancêtres, lorsque la lignée de l’homme évoluait vers ce que nous sommes aujourd’hui.
À l’époque, les Homo ne vivaient pas dans les grottes. Malheureusement pour Mrs Ple, elle est tombée dans la grotte par une ouverture et est morte là de froid et de faim.
Toutefois, ce dramatique accident combiné avec des conditions de conservations excellentes ont ainsi fait avancer la recherche sur nos origines.

La visite guidée nous emmène donc au coeur de la grotte…

image

Attention, claustrophobes et non sportifs s’abstenir ! Comme vous le voyez, notre guide a un casque et un kit de premier secours, et c’est pas pour rire : dans la grotte, il faut ramper, se baisser…les passages sont parfois étroits !

Mais après 45min de visite, on ressort à la lumière…

image

Les grottes étant peu éclairées… Pas de photos potables de l’intérieur. Mais une fois de plus, on ne va pas là-bas que pour la beauté des grottes, mais pour l’attrait historique.

Non loin des grottes, un musée est donc consacré à l’évolution de l’humanité.
Un premier panneau, lourd de sens pour l’Afrique du Sud qui a connu l’apartheid, donne un message d’espoir

image

Ça peut paraître évident, mais pourtant…

On retrouve le squelette qui a été trouvé dans les grottes précédemment visitées

image

Et on apprend donc notre histoire en tant qu’espèce. Dans un bâtiment en forme de tumulus, qui est la première forme de construction d’habitat de l’homme.

image

Je ne vous ferez pas un cours sur l’évolution, mais une image en dit long, et c’est plus simple…

image

Bon, concernant l’avenir de l’Homme, le musée finit sur une note plutôt pessimiste je trouve : surpopulation, surconsommation, pollution, destruction de notre habitat naturel…pessimiste ou réaliste, le débat est lancé, mais un peu d’espoir aurait été mieux.
On termine la visite avec le compteur mondial de la population…

image

On est nombreux sur notre petite planète hein ? Et vu comment le compteur évolue, y’a du boulot pour Hyon en tant que sage-femme 😉

Comme je le disais, je fais l’impasse sur la ville de Jo’burg, pour n’aller voir qu’une seule chose…

Le musée de l’apartheid

Alors là, attention. Grande claque dans la gueule, désolé pour l’expression, mais c’est vraiment l’effet que ça fait.
Le musée est déconseillé aux jeunes enfants, je peux comprendre pourquoi…
Le lendemain d’avoir vu au musée du Berceau de l’humanité que nous sommes qu’une seule et même espèce, là, on découvre l’horreur et ce que les hommes savent faire de pire.

D’entrée, pour mettre dans le bain, le ticket pour le musée est soit noir soit blanc. Et il y a 2 entrées différentes, fonctions de la couleur de son ticket

image

Pour résumer cette période sombre de l’Afrique du Sud, voilà dans les grandes lignes…
Les Boers, des anciens colons hollandais installés dans le pays sont en guerre avec les anglais qui s’installent eux aussi. En plus, la découverte d’or autour de Jo’burg attire des populations du monde entier en quête de fortune au début du 20ème siècle.
Plutôt que de se taper sur la tronche sans fin, les Boers et les anglais se disent « bah, on a qu’à partager le pays entre nous ? Tout simplement » et ils se sont partagés le pays en laissant que 8% des terres aux africains, sans possibilité d’évolution. La ségrégation commence, on distingue les européens des non-européens. Puis on distingue les blancs et les noirs. Mais comme on ne catégorise pas assez bien, on subdivise le groupe de noirs en noirs, asian et colored. Et on instaure des lois pour ce que peux faire chaque groupe. Évidement, les blancs ont plus de droits…
Le musée retrace tout cela, depuis la création de ces idées jusqu’à leur chute…images, vidéos, éléments d’époque… Une visite qui durera plus de 3h si on s’attarde un peu sur le sujet.

On y apprend aussi que c’est à cause d’évènements en Afrique du Sud que vit Gandhi qu’il développera ses idées de résistance non violente, lui-même subissant la ségrégation…

Bref, allez visiter ce musée, sans guide qui vous fera faire le tour en 1h comme j’ai pu en voir tant. Prenez le temps de lire, comprendre, réfléchir et ne consommez pas ce musée comme on le ferait lors d’ une vulgaire visite.

C’est un moment fort et émouvant. Je ne suis pas très musée, mais celui-là vaut le détour.

image

De loin, on dirait une prison, mais c’est ce que vivait les personnes subissant ces lois…après avoir vu ce musée, je saisis encore mieux le sens du film District 9, dont le thème de l’apartheid est omniprésent.

En quittant l’Afrique du Sud

Je prends la route du Botswana. En chemin, je frappe à une porte pour poser ma tente pour la nuit. Cette dernière rencontre sera marquante pour moi, car représente une belle image : ce jeune couple qui m’accueille est l’image qu’il faut retenir de l’Afrique du Sud

image

Elle est blanche, lui colored. Malgré les avis de sa famille à elle, ils se sont mariés. L’apartheid est fini oui, mais les mentalités doivent encore évoluer.

Ce jeune couple, chaleureux et accueillant m’ont,  sans le savoir, offert le plus beau souvenir que je garderai de leur pays : la mixité. Ca peut paraître bête et évident, mais pourtant…

Ma route continue, nouveau pays, nouvelles histoires…

À bientôt !

9 thoughts on “En quittant l’Afrique du Sud…

  1. séquence émotion, juste pour nous rappeler d’où l’on vient ,qui nous sommes et peut être ou nous allons , merci jmi , c’est très fort et très intéressant ,

  2. Il y a quand même de l’espoir pour l’avenir de l’humanité . La preuve : le couple mixte à la fin de ton séjour dans ce pays .

    Emouvant récit !!!

    Il doit y avoir un bug dans leur compteur de la population , car on a dépassé les 7 milliards d’humains .

  3. Toujours très intéressant et agréable à lire, j’aime beaucoup ta conception du voyage et te suivre régulièrement me motive encore plus à repartir moi aussi !
    Merci !

    1. C’est un peu le but du blog : communiquer auprès de nos proches, et inspirer les gens…on a passé tellement de temps à rêver en lisant les livres ou blog des autres, on veut à notre tour motivé les jeunes (et les moins jeunes…)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :