On a testé pour vous : le Coronavirus

Accueil > Blog > Autres voyages > On a testé pour vous : le Coronavirus

Toujours dans un souci de proposer du contenu original, en allant toujours un peu plus loin dans nos expériences, on s’est dit que ça serait pas mal un article sur ce fameux coronavirus.

Mais plutôt que de faire un article assez classique, en racontant des généralités, ou de raconter notre confinement, on s’est dit que ça serait plus intéressant de vous raconter les choses de l’intérieur…donc on a chopé la maladie, Covid-19, et maintenant, on peut proposer du contenu de qualité !

Bon, avant toute chose, il faut désigner un volontaire. On joue donc à la courte paille, Hyon, Jmi et Nana. Oui, Nana aussi joue, c’est pas parce qu’elle est petite qu’elle ne fait pas partie de l’équipe ! Et donc, on tire l’heureux(se) élu(e) (oui, c’est pas de l’écriture inclusive, mais de mon temps, ça n’existait pas) qui devra être malade pour raconter cette nouvelle aventure…

Bon, bah pas de chance, ça tombe sur Jmi. D’un côté, fallait que ça tombe sur quelqu’un, mais bon, Nana ça aurait certainement été mieux, parait que sur les enfants la maladie ça passe inaperçu. Mais on se dit aussi que Jmi il a survécu à son cancer, donc on maximise aussi les chances de s’en sortir, un p’tit virus après un gros cancer, ça se gère mieux…

Les symptômes

L’histoire commence début mars. Au tout début, je ressens un énorme mal de dos, je me dis que j’ai fait un faux mouvement en voulant porter Nana, c’est que cette bestiole grandit et donc elle commence à peser ! On ne s’inquiète pas plus que ça, c’est la vie, ça arrive.

Puis, une semaine plus tard arrive la fièvre. Non, je devrais dire la FIÈVRE (à lire avec une grosse voix caverneuse pour que ça soit impressionnant). Et quitte à faire les choses bien, on mise sur une fièvre à 40° qui veut pas descendre malgré du Dafalgan (non c’est pas un placement produit, c’est juste le seul médicament que je prenais…on n’a pas été sponso par l’industrie pharmaceutique, pas de complot ou autre hein).

Fièvre + mal de dos, on s’inquiète pas, on se dit que c’est certainement une grippe de saison. J’ai pas pu être vacciné en plus cette année donc bon…

Ah oui, pis comme le mal de dos était plutôt intense, j’ai campé dans notre chambre : matelas de camping et duvet et je dormais par terre, pour avoir un support dur pour mon dos. Pas trouvé mieux comme excuse pour faire lit à part, vu que Hyon elle prend toute la place ! Si dans Teddy il n’y avait pas de bord, je tomberais dehors tellement je manque de place…

Pis, le truc le plus étrange, je me rends compte que j’ai perdu le goût, que j’ai la bouche comme pâteuse…maintenant ça parait évident pour tout le monde, mais début mars on n’en parlait pas de ce symptôme. Plus étrange encore, y’a que les cornichons qui me faisaient du bien à la bouche…si un médecin nous lit, il pourrait m’expliquer ? Nan parce que les cornichons m’avaient aussi sauvé la vie en 2017, on aimerait bien comprendre…Je voue maintenant un culte aux cornichons.

Mais le symptôme le plus grave, celui qui nous a mis la puce à l’oreille, celui qui nous a fait dire « ok, je crois qu’il y a un souci », c’est la bouffe ! Non seulement je n’avais plus faim (ça, déjà, c’est grave), mais pire, j’avais des tendances vegan à vouloir des légumes et autres crudités. A partir de ce moment-là, on a commencé à paniquer…

Afin d’être sûr qu’on ait bien respecté le résultat de la courte paille, on fait tester Hyon : négative, donc c’est bon, elle n’a rien chopé elle.

Bon, quand même, après 5 jours de fièvre qui veut pas descendre, mal de dos, perte de goût, souffle court après 5 pas et autre, je me décide à appeler mon médecin (Hyon aurait bien appelé un peu avant mais bon…). Une consultation téléphonique, car il est lui-même malade du Coronavirus. Je lui explique que je pense avoir une grippe, peu de chance d’avoir choper ce virus à la mode vu que je prends pas les transports en commun pour aller au boulot mais je prends ma moto, je suis seul dans mon bureau, je mange devant mon ordi, et en journée mes contacts réels avec des vrais gens sont extrêmement limités. Oui, je bosse dans l’informatique, je ne vois donc pas des vrais gens en chair et en os, des vrais humains.

Effectivement, vue la situation, peu de chance d’avoir ce Covid-19, surtout qu’en Suisse et dans le canton de Vaud, il y a pour le moment extrêmement peu de cas, on est au tout début de la maladie ici. On se dit qu’on ne s’inquiète pas, on attend un peu, pis si ça va pas, je rappelle et on voit comment ça évolue.

Le weekend passe, et la situation évolue en pire : toujours de la fièvre qui veut pas descendre, pis je tousse en plus. Bon, bah on se dit que là, il faut peut-être faire un truc. Donc on fait un truc : on attend lundi, parce que de toute façon, c’est le weekend donc on fera rien de mieux. Attendre, c’est pas rien faire hein, c’est déjà quelque chose.

Pis lundi, un coup de fil aux médecins de garde, qui me disent qu’à cause de mon historique médical, faut que j’aille me faire dépister.

Le dépistage

C’est assez drôle le dépistage, enfin pas le dépistage en lui-même, mais tout ce qu’il y a autour.

J’arrive au centre de test, j’ai un masque sur le visage. Je m’approche du comptoir pour remplir le dossier d’admission, et là, on sent que les gens autour se disent « Encore un hypocondriaque », puis vient le moment où on tousse, finalement les gens font un pas en arrière, pis le moment où l’infirmière prend la température (à 40°, toujours), et là, les gens font encore un pas en arrière voire s’en vont s’ils peuvent.

Du coup, on me guide dans une salle d’attente à part, au fond, pour éviter de contaminer des gens si je suis positif. Pis on se dit que ça craint, donc on me met finalement dans une salle de consultation en attendant le médecin.

Ce dernier arrive au bout d’une heure ou plus, je sais plus. Quelques questions, on écoute les poumons, et un bâton dans le nez. Merci et au revoir.

On attendra les résultats jusqu’au jeudi…visiblement, la secrétaire de l’accueil n’a pas pris le temps de recopier mon numéro de téléphone du formulaire que j’ai rempli pour mettre dans son ordinateur…elle a du prendre peur de toucher ma feuille d’admission après avoir pris ma température…

Positif

Le verdict tombe : chouette, pour une fois que je réussis un examen du premier coup ! …et histoire d’être sûr, vu qu’on a tardé à nous prévenir on l’apprend par 3 biais différents : téléphone (on a appelé vu qu’on ne nous rappelait pas…), on a reçu une lettre de la santé public et une lettre de l’hôpital qui a fait le test. Là, OK, on est sûr.

Et puis du coup, les gens s’inquiètent (alors que ça fait 10 jours que je suis malade…) : il faut descendre d’urgence passer une radio des poumons à cause de mes antécédents.

Et justement, la radio des poumons n’est pas très belle (si des poumons peuvent être qualifiés de beaux en temps normal…), donc il faut appeler le CHUV, grand hôpital du coin, pour avoir leur avis sur la conduite à tenir avec moi. Le médecin du CHUV, paniqué, dit qu’il faut descendre aux urgences et me mettre en isolation pour 2 jours d’observation.

Et donc rebelote, retour dans les petits box des urgences que je connais bien, pour les avoir assidûment fréquentés il y a presque 3 ans. Je retrouve aussi avec joie les superbes robes de chambre de l’hopital, celles qui s’enfilent comme une blouse à l’envers et qui laisse les fesses à l’air. La différence c’est que cette année on m’isole pour ne pas que je contamine quelqu’un alors qu’il y a 3 ans on m’isolait pour ne pas que d’autres me contaminent.

A noter que tous les messages qui circulaient sur les réseaux sociaux que le CHUV débordait de monde, on devait choisir qui doit vivre ou mourir et autre connerie bah…c’est totalement faux. J’étais le seul positif Covid-19 aux urgences, et ils ne courraient pas dans tous les sens c’était assez calme. Faudrait qu’on nous explique l’intérêt de faire passer des fausses informations ?

Bon, deux jours dans un box dans un sous-sol sans fenêtre, ça va être long, pis j’aime pas être ici. OK, la bouffe est bonne, mais de toute façon j’ai plus de goût…

Pis le médecin arrive, je tente la négociation avec lui : je peux rentrer à la maison, sous la surveillance de ma compagne qui mesurera mes paramètres et dès que ça va pas, on revient.

Quelques prises de sang, ultrason des poumons, une épreuve d’effort (marcher 3 aller-retour dans le couloir, ne pas rigoler car c’était un effort pour moi…) pour voir si je manque pas d’air (jeu de mot…), et c’est bon il valide ! Ouf, finalement, au lieu de deux jours, j’aurais fait une demi-journée…

Pour précision, Hyon travaille dans la santé, elle est sage-femme, elle a donc toute les qualifications et compétences pour me contrôler, surveiller et tout ça. Je suis comme un bébé, mais en plus grand de toute façon 😀

En quarantaine

Du coup, une fois à la maison, hop, en quarantaine…c’est bête, moi qui suis juste dans la trentaine (vous l’avez la blague là ?) …Ok, je sors…ah bah non, j’ai pas le droit, alors je reste…

Durant quelques temps, ma vie sera donc dans mon bureau de 13m2 : j’ai le droit d’y dormir et d’utiliser mon ordinateur. Pour les repas, comme on a la chance d’avoir une table qui fait 2.30m, on peut manger tous ensembles malgré tout, mais chacun à un bout de la table : d’un côté la Team Hyon & Nana et de l’autre la Team Jmi & Covid-19. Obligé de désinfecter la table et tout ce que je touche après les repas…

Ca va faire en fait 10 jours que je suis malade, et y’a du mieux : la fièvre est autour de 38° seulement, par contre je tousse un peu, beaucoup…

Du coup, on fait quoi quand on a rien à faire ? Bah on fait rien, on dort. En fait, je dors parce que je suis aussi super fatigué de ne rien faire, donc autant dormir.

Et voilà en fait, le Covid-19 c’est ça : la maladie du dodo, on dort tout le temps (et quand on dort pas, on tousse et/ou on fait un peu de fièvre).

Pour de vrai, c’est plutôt cool en fait : on est à la maison, (presque) en famille, et surtout on a une excuse pour ne rien faire !!! On ne fait pas la cuisine, on ne fait pas les corvées de ménage, linge et autre…non, sérieux, c’est le bon plan ! A tous ceux qui veulent pas lever leur petit doigt à la maison, suffit de choper la maladie, et c’est gagné. Attention, ça marche que si vous ne vivez pas seul(e), sinon bah…ya personne pour tout faire.

En Suisse, on n’a pas de confinement, mais naturellement les gens se sont isolés chez eux. La seule interdiction c’est les rassemblements de plus de 5 personnes. On a le droit de sortir, et autre, sauf quand on est malade, là, on reste en prison quarantaine.

La bonne nouvelle, c’est qu’une fois guéri, je serai immunisé et donc plus aucun problème !!!

Soyons sérieux

Bon, soyons sérieux un peu tout de même…La situation mondiale est quand même grave…On écrit ça sur un ton léger pour dédramatiser la situation un peu, car les messages et témoignages anxiogènes (je ne connaissais pas ce mot avant…) ça va 5 minutes.

J’ai la chance d’avoir Hyon à mes côtés qui a su gérer la situation à la maison, qui a dû cesser son boulot pour s’isoler aussi car elle pouvait être porteuse, elle a du gérer aussi Nana…Bon, cette dernière est assez cool et comprend bien les choses, surtout quand on lui dit de ne pas rentrer dans cette chambre, de ne pas m’approcher et autre…mais bon, dans ce genre de situation, ce qui compte le plus c’est l’entourage.

Normalement, on guérit naturellement de la maladie en 2 ou 3 semaines, ça va faire un mois pour moi, je tousse encore pas mal, mais malheureusement dans mon cas, la guérison et le retour à un état normal est un peu plus long que pour les personnes « normales » (c’est-à-dire qui n’ont pas subi de traitement lourd précédemment). Qu’on le veuille ou non, je fais partie de cette population dite « à risque » ou « fragile », donc tout est toujours un peu plus compliqué. Mais c’est juste une question de temps.

Dans mon cas, on ne sait vraiment pas comment j’ai pu attraper ça, et surtout comment Hyon pouvait être négative. Le seul vecteur de contagion serait Nana, à la crèche, car les enfants sont porteurs sans forcément de gros problème, Hyon l’aurait potentiellement attrapé aussi mais a été relativement asymptomatique (je ne connaissais pas non plus ce mot avant), et puis il restait moi…le malade 😀

Alors respectez bien le confinement, respectez les consignes données par les décideurs car la propagation de la maladie est assez énorme, et si dans beaucoup de cas, le Covid-19 est assez inofensif, il reste toute une partie de la population qui elle est fragile, et toutes les mesures en place sont faites pour protéger ces gens-là, dont je fais partie aussi il faut l’admettre, et non pas uniquement pour protéger les personnes en bonne santé.

Voilà, c’était notre petit message sur cette maladie et la situation actuelle…faut un peu surfer sur la tendance si on veut faire du clics ici (oui bon ok, ça ne nous rapporte rien en fait…). Donc restez bien chez vous, profitez de votre PQ tant que vous en avez encore, et à bientôt !

PS : on aurait dû partir pour des petites vacances et ensuite faire un bel article avec pleins de photos, bah c’est raté…

N’empêche, c’est beau…

9 thoughts on “On a testé pour vous : le Coronavirus

  1. Toujours un plaisir de te lire Jmi…
    Ravis que tu te portes mieux et bravo à Hyon et Nana…
    On vous embrasse très fort !
    PS: Tu rattrapes ton retard dans les tâches ménagères j’espère 😉

    LesBretons Huguet-Sautot

    1. Je me rattrape tout le reste de l’année déjà ! Du coup de temps en temps je fais une ptite maladie pour prendre quelques vacances de corvées…

  2. Tu as perdu le goût mais pas le sens de l’humour, c’est cool. Merci pour ce chouette article Jmi. Plus qu’à remonter sur ton VTT et c’est reparti, Grand Raide !

    1. J’ai hâte de reprendre le vélo ! Mais là, je repars de zéro…
      Il faut toujours avoir de l’humour dans ces situations et encore plus à propos de cette maladie où on entend que des témoignages négatifs…

  3. iron »jimi »man comment un petit virus a la con peut en venir a bout? impossible!!! bon courage petit homme et bises a tes femmes

    1. On n’avait pas trop de doute, mais c’est pas un moment drôle non plus.
      Bon courage à Madame car elle doit avoir du boulot en ce moment…

      1. pour madame, pour l’instant ça va , c’est après quand le confinement va être levé et que les patients en reeducation vont arriver que ça va amplifier ,entre les AVC et les autres …. il va y avoir du taf, mais pas plus d’effectif ,mais bon on gérera ça en temps et heures
        bises a vous tous et faites bien attention a vous

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :