On reprend la route !

Accueil > Blog > Autres voyages > Alpes 2018 > On reprend la route !

On reprend la route, oui, mais pas pour un long voyage…un format plus classique : 2 semaines de vacances, en famille, et à bord de Teddy, notre Defender plus ou moins aménagé…

Hé oui, comme dit précédemment, l’été n’est (ou n’était…ou n’été ? Vous avez compris le jeu de mot ?) pas fini, et donc il fallait prendre quelques vacances. Oui, il fallait, prendre des vacances est une obligation.

Du coup, on a choisi la simplicité : on prend Teddy, et on part. L’idée c’était de partir, mais pas non plus trop loin, reprendre la route en Def, voir aussi comment Nana trouve sa place à bord et comment se passe la vie à 3 en voyage. Bon, elle n’en est pas à son premier roadtrip, l’an passé, on avait fait un tour de France des copains, mais par la route, et en voiture tout confort, qui roule vite et climatisée (oui, bah elle avait 4 mois aussi…donc bon…). Cette année, ça sera donc roadtrip en 4×4 et avec du tout-terrain 😀

On a donc acheté un roadbook sur le site http://guide4x4.free.fr/. Nice – Val d’Isère, un peu plus de 600km dont plus de la moitié par des pistes.

On n’a jamais fait de roadbook avant, on voulait essayer, pis ça permet de découvrir des nouvelles choses. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un roadbook, pour simplifier c’est un livre où on a plein de petites cases qui nous disent « Tourner à droite à 756m » avec un petit dessin pour illustrer le tout. Mais ça dit aussi quand il faut tourner à gauche et pleins d’autres trucs, sinon on tourne en rond…

Vu qu’un compteur kilométrique d’un Defender n’est pas super précis, on met sur nos mobiles multifonctions (oui, c’est le vrai terme français…) l’application GPStrip qui nous permettra de connaitre les distances qu’on parcourt, au mètre près (mais aux erreurs de mesures près aussi…) et ainsi suivre le roadbook. Ça nous évite d’avoir à acheter un TerraTrip ou autres trucs super cher…

Et du coup, on charge la voiture, et zouh, en route !

 

Ah oui, en fait, depuis la naissance de Nana, on a du revoir l’aménagement de Teddy. Donc en fait, on n’a plus d’aménagement (c’est provisoire, on fait les plans d’un nouveau meuble pour bientôt…) et donc, à part le toit relevable, on n’a rien, si ce n’est des caisses Rako pour ranger nos affaires.

(le paragraphe en dessous est une appartée, comme on faisait durant le voyage en Afrique. Il faut dérouler en cliquant sur la flèche si on veut lire…)

Notre aménagement provisoire

Les caisses Rako sont un standard en Suisse, et dans le monde ! En attendant d’avoir notre meuble de chez Amenagement4x4 on fait du provisoire…

  

On a 4 caisses Rako en 2 tailles différentes (40L et 60L, soit 200L au total). Ces caisses sont ultra résistantes, empilables (faut dire gerbables dans ce cas-là, mais le mot est hyper moche…), et surtout, quand on met les petites caisses au sol du véhicule, entre les passages de roues, ça fait un petit lit pour Nana, sur lequel on rajoute juste son matelas, issu du kit qui va avec le toit relevable. Ainsi, elle peut dormir en étant entourée de la banquette arrière, les parois du Def et les autres caisses plus grandes, pour lui créer comme un lit fermé pour pas qu’elle tombe…

Direction Nice

On part de Suisse, un samedi matin plutôt gris et moche. Direction Nice en France (oui, en fait je sais, c’est bête de préciser que c’est en France, mais pour nous, maintenant, c’est aller à l’étranger… :-D), donc dans le sud on devrait avoir du beau et chaud. On choisi de descendre au plus vite dans le sud, donc autoroute en Suisse et Italie pour arriver au point de départ du roadbook. Au passage, on traverse le tunnel du Grand Saint-Bernard (oui, comme le chien du même nom) qui relie la Suisse et l’Italie. Plus de 30 CHF les 6km, bonnes vacances ! Petite pause pique-nique le midi, sur une aire d’autoroute. Les enfants s’adaptent à tout, et donc ça n’a pas l’air de perturber Nana de manger dehors, au cul d’une voiture sur un parking…

Comme prévu, à Nice, le beau temps est là. Enfin pas le premier soir, où ça sera le déluge, mais par chance, ce soir-là on dormira à l’abri chez la soeur de Jmi. On passe quelques jours à Nice, entre famille et copains…

On retrouve Aurélie & Vincent, Florent & Claire, des copains de notre époque 4L qui sont installés ici dans le sud. La dernière fois qu’on les a vu (il y a 4 ans, en rentrant d’Autour du Monde, pt.2, avec Teddy en panne…), nous étions 3 couples, maintenant, nous sommes toujours 3 couples mais avec chacun un enfant…et du coup, avant on parlait de mettre un gros moteur et des gros freins sur nos 4L, maintenant on parle couches et biberons…quand on ne parle pas caca…ça fait rêver !

(non, on n’a pas l’air tout petit sur cette photo avec Aurélie & Vincent, c’est juste l’angle de prise de vue qui donne cet effet)

Bon, on est dans le sud, donc forcément on fait un tour à la plage…une première pour Nana ! Comme on bivouaque vers Roquebrune, on fait donc la plage idoine, et une petite visite de la vieille ville…

  

Autour du château, on a un dédale de rues piétonnes, qui commence sur une place où trône un grand olivier, ça, ça fait Sud…

En fait, partir en septembre c’est plutôt cool, car on est hors saison, donc il y a carrément moins de monde. Non, en fait, on peut même dire qu’il n’y a personne. En plus il fait beau maintenant…

Et le soir donc bivouac non loin de Roquebrune…un superbe cadre au pied des montagnes…

Bon, la réalité du bivouac, c’est qu’on est dans le jardin des copains, en ville (ok, village), et qu’à côté de nous, on a une carcasse de R5 et une petite moto 😀 Toujours faire attention aux photos qu’on voit sur le net et la réalité…

Pour de vrai, c’était super cool, car ça a permis de rester dans la région un peu plus longtemps et donc voir les gens ! Pis de manger local, et ça c’est important…Merci pour l’accueil les copains !

Mais bon, c’est pas tout, il est temps d’y aller maintenant, une dernière glace à Nice avec la soeur de Jmi, chez Fenocchio (passage obligatoire quand on va à Nice…plus de 80 parfums de glace différents), et on attaque le roadbook !

Au revoir Nice ! Aller, à l’aventure !

En piste !

On quitte la ville, et rapidement on se retrouve sur des pistes. Comme on est plutôt hors saison, on ne rencontre pas d’autres promeneurs, qu’ils soient 4×4, moto ou marcheurs…bon par contre, on tombe sur un camion qui trimbale des troncs d’arbres, garé en plein milieu de la piste avec sa grue déployée pour remettre son chargement en place…

Donc on prend son mal en patience, on se gare nous aussi où on peut pour le laisser descendre quand il aura fini. Les pistes c’est cool, mais c’est pas aussi large qu’une autoroute, donc pour se croiser c’est pas simple et ça l’est encore moins quand le croisement en question c’est un énorme camion…La bonne nouvelle, c’est que nous, on n’est pas du côté de la pente 😀

Après nos premières pistes, on décide de s’arrêter pas trop tard, car il faut préparer tout le nécessaire : faire à manger, puis la vaisselle, pis mettre les lits en place avant qu’il fasse nuit. C’est l’inconvénient de partir en septembre par contre, les journées sont déjà bien courtes !

Et donc ce soir sera notre premier bivouac nature et en autonomie. On retrouve nos bonnes vieilles habitudes : Jmi fait la vaisselle (mais comment cette tradition s’est-elle installée ???). Par contre, on se rend compte qu’on a oublié un élément hyper important en bivouac : notre pelle ! (si vous avez oublié à quoi ça sert, je vous invite à relire les Rédact’Hyon sur ce sujet…).

Le lendemain, la route reprend, on alterne petites routes et pistes, le tout dans des paysages magnifiques. Les Alpes, c’est si proche et pourtant on n’a jamais pris le temps avant d’y aller…

Entre pauses photos (du coup, on peut dire poses photos non ?) et cueillette pour Hyon…Oui, car on est en septembre et en montagne, alors entre les framboises, mûres et autres myrtilles…Il n’y a personnes d’autres que nous, donc on peut s’arrêter au milieu de la piste, le temps de la récolte.

 

Bon, s’il y a un truc qui change quand on voyage avec un enfant, c’est les pauses. Des fois, faut pas s’arrêter car le modèle-réduit vient tout juste de s’endormir. D’autres fois, faut faire une pause car il est temps d’aller se dégourdir les pattes, d’aller goûter ou encore d’aller jouer. Pis si on croise une fontaine, des cailloux ou encore un autre truc qui pour nous ne nous arrêteraient pas, bah un enfant ça s’arrête et ça peut y rester des heures…mais en fait, on est en vacances, on a le temps, donc peu importe…

  

Tout l’art réside dans le fait de trouver un endroit avec un toboggan, et un monument historique au même endroit 😀 Tout comme près d’Isola2000, sur la place de jeux, on trouve aussi un clocher historique, c’est donc l’endroit parfait pour le goûter !

Les pistes qu’on emprunte sont en fait les pistes des domaines skiables qui sont ouvertes à la circulation lorsqu’il n’y a pas de neige. C’est pour cette raison que le roadbook que nous suivons doit être fait aux beaux jours, sinon bah…ça passe pas. Du coup c’est assez drôle car quand on se pose le soir, on peut se rendre compte qu’on est sur des pistes de ski : entre la dameuse, les télécabines et autres canons à neige…on peut découvrir la montagne sous un autre jour, que couverte de neige blanche de partout ! Ce qui donne des bivouacs plutôt pas mal…

 

Et la bouffe ?

Bon, on l’a dit, c’est Jmi à la vaisselle, mais c’est souvent Hyon à la cuisine, certes. Mais cette année, on a innové. On vous avez parlé des Bon Bag trouvés au salon de Valloire. Dites pas non, et aller voir ici. Et du coup, ça simplifie grandement la cuisine ! (et donc le boulot de Hyon et aussi celui de Jmi à la vaisselle…)

Lors de notre achat à Valloire, nous avons opté pour un pack découverte : une valisette en carton qui contient 10 sachets-repas ! Le tout pour…40€ (prix durant le salon) ! Bon, le prix normal c’est environ 50€ normalement, ça reste très abordable.

 

Du coup, c’est hyper simple : on prend un ou plusieurs sachets, on les met dans de l’eau bouillante quelques minutes pour que ça chauffe (oui, on n’a pas de micro-onde dans le Def…pis le sachet alu au micro-onde de toute façon c’est pas une bonne idée), on ouvre le sachet, on verse dans un bol, et c’est prêt ! Ah oui, on fait aussi du riz, des pattes ou encore de la semoule pour accompagner car les sachets contiennent une viande préparée « seulement », il faut rajouter l’accompagnement (ou bien il existe des sachets qui font l’accompagnement, genre risotto).

 

Et puis on déguste ! C’est hyper bon, vraiment ! Chaque soir, on a été agréablement surpris par les goûts. Boeuf, porc, poulet…il y a de tout, et pour tous les goûts !

On est vraiment très content de ces produits, et pas de doute que pour nos prochaines escapades, on en reprendra. Le sachet conservation se garde durant 3 ans, à température ambiante, donc pas besoin de frigo. C’est moins lourd qu’une boite de conserve, ça ne prend pas de place…bref, on a vraiment adoré. Le soir, faire à manger ne prenait pas beaucoup de temps du coup. Aller faire un tour sur leur site pour découvrir ce qu’ils font : https://www.lebonbag.com/

On précise qu’on n’a pas été payé, sponsorisé ou tout autre avantage de la part de la boîte qui fabrique ces sachets (parce que c’est la mode les « blogueurs »  qui se font sponsorisés pour parler en bien des trucs). Non, nous on a acheté ces sachets normalement, on les a goûtés et comme on trouve ça trop cool, on en parle et en bien. Aller, dites nous merci, on vient de vous faire économiser 400€ d’achat de frigo pour votre véhicule aménagé. Vous pouvez nous en reverser une partie avec plaisir 😀

Ah, un point négatif tout de même : les sachets sont énormes !!! Entre 250g et 400g, il fallait bien être 2 et demi pour manger un sachet (on a fait 2 sachets la première fois…grosse erreur). Du coup, si vous êtes seul, va falloir avoir très faim !!! C’est un point négatif aussi positif car on en a pour son argent comme ça…

Le Bon Bag vs. French Popotte

Lors de notre passage à Valloire, on nous a aussi parlé d’une autre marque faisant la même chose : French Popotte.

Derrière ce nom rigolo, on retrouve en fait des copies des sachets Le Bon Bag. Pour l’histoire, on nous a expliqué que French Popotte avait acheté 200 sachets Le Bon Bag, en demandant de ne pas mettre d’étiquette dessus. Ces sachets ont été re-badgés French Popotte puis revendu. Les deux boites sont en procès sur ce sujet. Il n’y a pas qu’en Chine qu’on fait des copies hein ? Enfin là c’est même pas des copies…

Donc, au moment du choix, préférez l’original 😉

 

Voilà voilà, on a déjà assez écrit pour aujourd’hui donc on va s’arrêter là pour le moment. La suite de nos vacances arriveront plus tard…

En tout cas, que c’est bon de reprendre la route en Def, 4 ans plus tard, et en famille !

A bientôt !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :