L’aménagement de Baly

Accueil > Reverse blog > Blog > Véhicules > Baly > L’aménagement de Baly

Ca va faire presque un an maintenant qu’on a Baly, notre VW T6. Un an, c’est pas si long que ça en fait, sachant qu’on a mis 10 ans pour arriver à la fin (ou presque) de notre préparation du Teddy, notre ancien Defender. Là, en un an, on a fini la préparation et aménagement de Baly !

Aller, on va parler un peu de tout ça, car ça fait un bail qu’on n’a rien écrit sur le site.

Un des trucs pas forcément prévu à la base, mais qu’on trouvait pratique, c’était…

L’attelage

Oui, un attelage, un crochet de remorquage. Pourquoi ? Parce que maintenant qu’on a un véhicule fiable, il va falloir tirer les copains en Def en panne 😀 Ou qui se traînent sur autoroute…(Martial, c’est pour toi :-P)

Et puis aussi, c’était pour mettre un porte-vélo. On ne voulait pas de porte-vélo sur hayon car avec des vélos électriques qui font plus de 20kg, c’est un peu limite, donc le porte-vélo sur attelage s’imposait.

Mais comme on n’aime pas faire les trucs simplement, on s’est décidé pour un attelage américain, dit carré US (un gros carré de 50mm par côté, hyper solide), plus polyvalent qu’une simple boule (on peut mettre une boule d’attelage, une plateforme ou n’importe quoi qu’on pourrait imaginer, suffit de pouvoir le « brancher » dans le carré). Le maître mot de la préparation de Baly, c’est la polyvalence (il doit être adaptable…), avoir plusieurs configurations possibles pour répondre à TOUS nos besoins.

Pour rappel, nous sommes en Suisse, nous pouvons donc homologuer un tel attelage, car sinon c’est pas homologué en Europe (et la Suisse n’est pas en Europe…pour une fois, c’est pratique).

Donc ça commence un soir, dans le garage, avec un peu de motivation…

Bon, une opération qui à l’air simple et qui est simple, mais comme tout session mécanique, il y a forcément un truc qui coince : là, un des filetages pour fixer l’attelage était foiré…et c’est un pas spécial (M12x1,25, forcément, le taraud qu’on n’a pas dans sa caisse à outils car non standard…). Du coup, il faut commander sur eBay et attendre d’être livré pour finir le montage…Ca aurait pu être fait en 2 heures le montage, ça aura pris une semaine, le temps de recevoir les bons outils !

Un tel attelage ne se trouve pas en Europe (normal, c’est un attelage américain…), donc on a du le faire venir d’Australie (normal, c’est un attelage…américain…euh…y’a un truc pas logique là…). En fait, l’Australie utilise aussi cette norme d’attelage, et aux USA, il n’y a pas de VW T6 donc pas possible de trouver là-bas ! Simple, non ? Merci à David de AutoExtra qui a pris le temps et s’est occupé de ma commande pas courante 😀

Mais pourquoi faire venir un attelage spécial de l’autre bout du monde ? Et bien pour pouvoir faire ça :

(Oui, c’est bien la même moto, Rally, sur les 3 photos, on y reviendra dans un autre article…dans 4 mois, quand on aura la motivation)

On ne voulait pas juste un porte-vélo, mais on voulait aussi un porte-moto ! Et ça, malheureusement, ça n’existe pas sur une boule classique acceptant une moto autre qu’une enduro de 100kg. Le porte-moto lui vient des USA, c’est un MotoTote : le porte-moto se « branche » directement dans l’attelage US et supporte 250kg ! Rally en fait 140, ça laisse de la marge.

Avec ça, on est prêt à partir à l’aventure, en faisant du combiné : Baly + Rally ! Comme un gosse, faut prendre tous ses jouets quand on part…

Bon, avec tout ça, on n’a toujours pas le porte-vélo…c’était l’objectif principal, va falloir penser à le trouver maintenant ! 😀

Mettre une moto de 140kg en porte-à-faux sur un porte-moto c’est pas anodin sur une suspension…Bon, un VW T6 c’est fait pour ça, à la base c’est pour transporter des marchandises. Mais bon, quand même…Et puis le souci des suspensions : on ne veut pas réhausser tout le temps et dépasser la barre des 2m (péage sur autoroute, parkings souterrains…), mais on veut pouvoir faire du tout-terrain sereinement aussi, car pour faire du tout-terrain il faut réhausser et protéger le dessous.

Comment ménager la chèvre et le chou ? Comment avoir plus de garde au sol sans dépasser les 2m de hauteur ? La solution simple serait de réhausser Baly et de couper le toit…mais parce que cette solution est simple, c’est pas forcément la meilleure vu que c’est pas possible (bah oui, il est tout neuf notre toit relevable ! ). Donc on opte pour une autre tactique, pas prévue non plus initialement dans les plans d’équipement/préparation de Baly

La suspension pneumatique

Qu’est-ce-que c’est que ce truc ? Vous vous rappelez des Citroën BX ? Non ? Mais si !!!

Magnifique Citroën BX

Voilà, maintenant ça vous parle, et vous vous dites « Quelle horreur !!! ». Bah rappelez-vous, cette voiture, au démarrage, elle se remontait pour pouvoir rouler ! Je sais pas si c’était hydraulique, pneumatique ou magique, mais c’est pour illustrer le principe.

Bah voilà, on va faire ça : on va troquer Baly contre une BX !

Ah non c’est pas ça.

On va faire monter une suspension pneumatique pour pouvoir régler la hauteur de Baly ! Oui, voilà, c’est mieux et c’est moins moche.

Comme tout ce qu’on fait sur le véhicule DOIT être homologué, on passe par une société spécialisée : ARIVA. Oui, tous les travaux sont homologués et inscrits sur la carte grise, comme ça, pas de mauvaises surprises du genre « faut vendre votre véhicule car pas en règle ».

Du coup, le principe est simple :

Si seulement on pouvait nous aussi grandir aussi simplement…

On a une télécommande qui permet de passer de position basse à position haute avec pleins de niveaux intermédiaires : extrême bas, parking, sport (-3cm normalement, mais hauteur normale pour nous), normal (+3cm pour nous, on a pris une option supplémentaire), offroad (+6cm avec l’option), haut (+9cm), extrême haut. A peu près pour les chiffres, j’ai plus en tête les trucs précis…

Bon, voilà, avec ça, on a de quoi attaquer du tout-terrain sereinement, tout en conservant la possibilité d’être bas pour tous les désagréments du quotidien (ville, parking, péage, faire monter dans la voiture une fille courte sur pattes…je parle pas de Nana mais de Hyon :-D).

PO-LY-VA-LENCE.

Et puis on arrive sur l’aménagement en lui-même…

L’aménagement : meuble intérieur

Alors là, j’avoue, ça n’a pas été le plus simple ni le plus court (en temps). Au contraire, ça nous a demandé DES MOIS de réflexions. Oui oui, vraiment, des mois !

Comme on l’a déjà dit, on veut pouvoir être polyvalent : on veut passer du bus 8 places en mode fourgon 2 – 3 – 4 – 5 places rapidement. On doit pouvoir aller faire un déménagement pis juste ensuite aller bivouaquer et s’il faut, transporter du monde. Donc, on doit penser l’aménagement modulable, démontable rapidement, et tout ça sans rajouter (trop) de poids.

On aurait pu s’inspirer de ce qui se fait dans les California, mais non. On n’aime pas la cuisine intérieur, entre les sièges avants et arrières. On aime la cuisine à l’arrière du véhicule, comme on avait l’habitude dans notre Defender. On veut pouvoir, à la fin du weekend, vider rapidement la voiture pour tout ranger, donc on va rester sur nos systèmes de caisses : faciles et rapides à sortir de la voiture en fin de weekend, et idem quand on se prépare à partir.

Donc, notre aménagement sera construit AUTOUR de nos caisses. On utilisait déjà les caisses dans Teddy comme nous avions vendu notre aménagement.

Notre idée de départ c’était donc ça : un meuble en bois avec des plateaux coulissants où on pose nos caisses (en gris) et nos réchauds (en bleu et vert) et notre kit casserole (en noir).

Les caisses plus petites vers l’avant sont celles pour les vêtements (4 caisses de 24L), et les caisses arrières sont celles pour tout le bazar (matos camping, bouffe, etc.)

Malheureusement, cette idée n’était pas tout à fait réalisable. Premier souci, le poids. Il faut 4 jeux de glissières longues (120cm et 80cm), ce qui représente presque 50kg juste pour des glissières !

Deuxième souci, l’encombrement du meuble. Ca ne passe pas (ou presque pas) en largeur dans le coffre et en hauteur, ça aurait été trop haut.

Troisième souci, ya un confinement et on peut pas aller en France comme on veut pour aller voir notre ami Olivier, d’Aménagement4x4.

Donc, on change un peu de stratégie. Même complétement en fait.

On sort le mètre, on modélise en 3D après moultes croquis sur un carnet, on bivouaque pour voir comment on utilise l’espace…

On veut garder la même idée, mais en simplifiant, en allégeant au maximum. Je (re)découvre les profilés aluminium rainurés, un truc super pratique qui permet d’assembler des profilés alu sans soudure, uniquement en boulonnant. On dirait un peu du LEGO. Après encore des mois de réflexions sur les dimensions à adopter, et des heures de simulation 3D, on arrive finalement au meuble final !

Au lieu d’avoir un meuble avec plein de tiroir, on va plutôt avoir un seul grand tiroir où on met toutes nos caisses dessus : on va gagner en poids car on va réduire le nombre de glissières (et on va aussi pas mal économiser car c’est super cher les glissières…). On va aussi séparer la fonction tiroir du reste du meuble, pour pouvoir garder le tiroir en place mais sans le meuble, toujours dans un souci de polyvalence.

Faire des plans c’est bien, mais un jour, il faut se lancer, alors c’est parti ! On commence par la première partie : le tiroir.

Le premier souci c’est qu’il faut un système de fixation au sol pour pouvoir fixer le tiroir. Contrairement aux modèles Multivan ou California, notre T6 (Combi) n’a aucun rail de fixation existant, juste des crochets de sanglages. Mais les crochets sont boulonnés au sol ! Donc en partant de ces boulons, on crée une structure en alu qui servira de base pour fixer des éléments au sol. Puis sur cette structure, on vient fixer le tiroir fait sur-mesure par un copain. Aucun trou supplémentaire dans la caisse de Baly.

120cm de long par 80cm de large, on pourra donc placer 4 caisses Rako (ou caisse Euro) dessus (dimensions de base d’une caisse 60×40).

Tiroir fermé
Tiroir ouvert

Voilà, première étape réalisé. Avant de passer à la suite, il faut déjà tester ça et faire valider. On appelle l’Inspecteur des Travaux finis, pour la validation.

Ok, c’est validé

Dans cette configuration, on peut déjà faire dormir Nana en plaçant son matelas sur les caisses, à côté du frigo. Oui, on est passé au frigo.

Le côté pratique de n’avoir que le tiroir c’est qu’on a encore une grande place sur le côté pour mettre un VTT par exemple (ce qui arrive toutes les semaines), tout en gardant nos caisses facilement accessibles. Bah oui, les caisses devant c’est simple, mais quand on a besoin des trucs dans les caisses de derrière, c’est moins pratique sans tiroir…

Mais retour sur le logiciel de modélisation, et c’est parti pour la seconde partie du meuble, la partie « table« , c’est-à-dire une structure simple qui permettra d’avoir un vrai espace dodo au dessus du tiroir.

Réalisé en profilés aluminum de la série 6 (c’est-à-dire une rainure d’assemblage de 6mm), le plus compliqué était de trouver une structure qui pourrait supporter plus de 150kg (pour qu’on puisse tous dormir dessus), sans être trop en hauteur dans le véhicule mais que les caisses passent en dessous et qu’en largeur on puisse aussi tout caser 😀

Un vrai-casse tête : les caisses empilées font 54-56cm de hauteur (sans compter le tiroir), le frigo lui est moins haut heureusement, en largeur on a déjà 80cm avec les caisses, et il m’en faut encore 30 pour caser d’autres caisses sans compter les structures du tiroir et du meuble…

Ah oui, et puis il faut pouvoir retirer le meuble en moins de 5 min donc il doit être léger et rapidement démontable.

Voilà pourquoi il y a eu quelques mois de réflexions, c’est pas juste qu’on est super lent.

Bien sûr, on a regardé des solutions déjà existantes, mais on n’a rien trouvé. La particularité ici c’est qu’on utilise BEAUCOUP de caisses (mais pour Hyon, c’était pas assez…).

Tiroir fermé

Et puis on y arrive ! Enfin ! Le tiroir, inchangé, accueille toujours notre frigo (40L) et nos caisses.

Dans la partie de droite, on a la partie « eau », avec sur l’étagère l’emplacement pour des jerrycan. On mettra 2 jerrycan de 10 ou 15L pour avoir 20 ou 30L d’eau. En dessous, une petite bassine pour faire office d’évier.

La structure du meuble a été associé à un simple contreplaqué boulot de 15mm (on aurait pu faire plus fin pour gagner du poids mais on avait un doute sur la résistance) pour faire le haut de la « table » et l’étagère à jerrycan. A l’avenir, peut-être qu’on fera des ouvertures dans la planche du haut pour gagner un peu de poids.

Tiroir ouvert

Avec le tiroir maintenant ouvert, on obtient la partie « cuisine », la caisse ouverte étant notre « boîte cuisine » (oui, on ne dit pas la KitchenBox nous, on n’est pas sur Instagram ici) qui se compose de notre réchaud (à gaz), notre vaisselle et ustensiles de cuisine. Grâce au hayon, on peut cuisiner même s’il pleut, on est à l’abri.

Le frigo est accessible pour aller chercher ce qu’on veut cuisiner, ainsi que les caisses qui font office de stockage (une caisse « bouffe »). En mettant un couvercle sur les caisses, on a un plan de travail si besoin, mais on a aussi une vraie table toujours rangée dans la porte coulissante.

La partie « table » est boulonné en 5 points au sol sur les rails précédemment installés pour le tiroir.

Sur la partie avant du meuble, on vient ranger les 4 caisses de 24L (base des caisses en 40x30cm) pour ranger les vêtements.

Hyon trouvera ça un peu juste, mais en fait, c’est super grand, quasi équivalent à ce qu’on avait dans le Def avant.

Ici, ce n’est pas tout à fait terminé, les caisses seront aussi sur glissière (qui s’ouvre vers l’intérieur du véhicule), ce qui permettra de prendre ses vêtements depuis l’intérieur pour s’habiller sans avoir à sortir dans le froid 😀

Cet espace libre devant les caisses peut aussi servir pour poser un WC d’appoint si ces dames ne peuvent pas aller dehors ponctuellement (en ville par exemple…).

Actuellement, on utilise un petit matelas pour faire dormir Nana sur la structure (ceux qu’on avait dans le Def), en attendant de réaliser un grand matelas pliable où on pourra tous dormir dessus.

Il était important pour nous d’avoir la possibilité de dormir tous à l’intérieur, en cas de pluie ou en ville par exemple quand on ne veut pas ouvrir le toit relevable. Le lit intérieur fait 150cm de large pour 200cm de long, ça laisse de la place. Il faut baisser les sièges passager tout simplement et on obtient une immense surface, et pour le « trou » laisser par l’emplacement devant les caisses, il suffit de tirer le tiroir avec les caisses et il n’y a plus de trou 😀 (quand on aura mis les glissières quoi)

Comme on l’a répété, Baly a plusieurs fonctions, pas seulement les bivouacs et voyages, donc tout doit être démontables. La « table » se retire en la dévissant du rail au sol (5 points avec une clé hexagonale de 4), et se soulève à deux, non pas à cause du poids mais à cause de l’encombrement. Cette structure fait environ 12kg alu, visserie et bois compris. Le tiroir lui est boulonné en 4 points au sol (4 vis M10 sur des points d’accroche d’origine), et se retire aussi rapidement. Il est un peu plus lourd à cause des glissières (12kg !), soit un total de 25kg environ. L’ensemble du meuble fait donc environ 37kg, sachant qu’on a retiré 2 banquettes pour un total de 80kg (55kg la banquette 3 places du coffre et 25kg la banquette 1 place sur la 2ème rangée), donc notre meuble fait la moitié du poids retiré !

On ne fait pas la course au poids, mais on fait attention tout de même : moins de poids c’est moins de fatigue mécanique, moins de conso de gasoil, un véhicule plus réactif…On est loin de la mode #vanlife qui transforme les vans en châlet sur roues avec un intérieur en bois massif et qui atteint la limite du PTAC avec un plein d’essence 😀 Ou certains qui trimballent tout leur garage (pièces et outils) dans leur Def « au cas où » alors qu’ils campent près de leur appart…On n’a pas cherché l’esthétique, mais le fonctionnel (et le modulaire, on l’a répété…) en se basant sur notre expérience avec le Defender et le volume offert par un van.

A l’usage, même si on commence tout juste à tester l’aménagement et qu’il y a encore quelques détails à finir, on est content (et heureusement parce que sinon on peut se plaindre qu’à nous-mêmes…). En mode famille, on a tout ce dont on a besoin dans nos caisses, et en fin de weekend il suffit de sortir les caisses pour les ranger/vider pour la prochaine fois. On est prêt à partir rapidement en bivouac à la dernière minute !

En mode weekend à deux (le père et sa fille), on retire tout l’intérieur, et met la moto dedans (et le vélo enfant bien sûr ! ) et quelques caisses et on est parti ! C’est pratique d’avoir le choix : si on est 3, la moto est dehors, si on est que 2, la moto est dedans.

Voilà, un aménagement qui peut paraître sommaire mais qui nous a demandé pas mal de réflexion pour la conception (la réalisation elle a été simple et rapide). Simple mais complet pour nous. Pas besoin de plus, pas besoin de panneau solaire ou de guirlande LED ou je ne sais quoi encore…

Baly, 1 an après

Ca va bientôt faire 1 an qu’on a Baly – fin mai. Après 1 an, quasi 20000km, quel bilan on fait sur ce nouveau véhicule qui ne l’est plus vraiment maintenant ?

Déjà, on ne pensait pas du tout rouler autant avec Baly, 20000km en un an alors que ce n’est que notre véhicule de loisirs…La différence avec Teddy, notre ancien Def, c’est qu’on peut rouler à des vitesses normales donc on n’hésite pas à le prendre sur grande distance le temps d’une weekend ou pour les vacances, choses qu’on ne faisait pas avec le Defender (on perdrait trop de temps pour arriver au lieu du weekend / vacances).

Ensuite, Baly est une voiture utilisable au quotidien : on peut aller partout où va une voiture normale, c’est une grosse berline familiale, et non pas un 4×4 démesuré qui nécessite de se garer uniquement où ça passe. Faire les courses, aller à la crèche, aller en ville, pas de souci, on ne se pose pas la question.

La modularité du véhicule, ça c’est le point fort, on l’a pris pour ça, et on a tout fait pour conserver cet aspect : partir en bivouac, faire un déménagement, transporter du monde, prendre la moto ou des vélos dedans ou dehors…on peut tout faire ! J’ai jamais pensé mettre ma moto dans le Def, et même le vélo était trop long il fallait baisser les sièges…

Clairement, pour nos besoins actuels, c’est parfait. On nous demande souvent pourquoi on a vendu le Def, que c’est incompréhensible de passer du Def au T6…mais en fait, dans notre vie normale, on va aux mêmes endroits que les Def (surtout en Suisse où le tout-terrain est extrêment limité). Le Defender pour la plupart des gens, c’est surtout le rêve de l’aventure, se dire dans sa tête qu’on part à l’aventure car la plupart des possesseurs de Defender ne feront jamais de tout-terrain extrême et/ou de voyage qui nécessitent ce véhicule. C’est l’image romantique du Def, une image qu’on n’a pas en bus, c’est vrai. Un bus VW restera dans l’imaginaire collectif comme un véhicule pour camper, mais pas pour partir à l’aventure au bout du monde…alors que…

Bref, notre changement forcé de véhicule est plutôt bien passé et digéré et surtout, on profite beaucoup plus maintenant avec le T6 qu’avec le Def car tout est plus simple. On a été super content d’avoir eu notre Def pour nos précédentes aventures et voyages, mais on est encore plus content d’avoir Baly maintenant dans ce stade de notre vie où on fait plusieurs choses et on peut imaginer pleins de choses…Ok, c’est moins Instagrammable, mais en fait, ça, nous on s’en fout 😀

Le résumé de l’article par Nana

Parce que cet article était super long, Nana se joint à nous pour un résumé en images et en LEGO.

La moto et le bus

La suspension pneumatique

L’aménagement dans Baly

Baly prêt à prendre la route !

Voilà voilà !

On se retrouve bientôt (dans quelques mois quoi…) pour un nouvel article ! Un jour.

A bientôt !

2 thoughts on “L’aménagement de Baly

  1. salut
    j’avais fait un truc assez similaire avec notre kangoo pour ne pas payer l’hôtel quand nous remontions du Maroc vers Paris, sauf que petit gabarit oblige, nous dormions (plutôt mal dans une tente de toit (matelas trop mince).
    Ca donne des idées pour changer notre camion contre un véhicule plus petit (mais quand même un peu plus gros que le T6) pour l’Amérique du sud. Merci pour le reportage
    jean Marc

    1. Il me semble qu’en Amérique du Sud les T2 et T3 sont nombreux ! Peut être un bon véhicule pour cette région du monde ?
      En fait, pour nous, après les 4L et le Defender, le T6 est immense ! Mais on n’a pas les commodités d’un gros camion (douche et WC permanent). Être en petit fourgon c’est comme en Def : du camping amélioré, on n’est pas encore sur du standing camping-car.

Répondre à DEROBERT Jean Marc Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :